Icônes du style : Serge Gainsbourg

Voilà maintenant 26 ans que Serge Gainsbourg a tiré sa révérence. Pourtant, l’homme à la tête de chou, tantôt nonchalant et tantôt provocant, n’a pas été oublié pour autant et continue de marquer les esprits avec ses compositions.

Mais le mythe ne perdure pas qu’au travers la musique, qu’il a toujours considéré comme un art mineur. 30 ans plus tard, on se rappelle surtout de sa personnalité débordante, provocatrice, mais aussi de son style négligé et nonchalant que lui seul savait cultiver.

Crédit photo "Parisfaitsoncinema"
Crédit photo « Parisfaitsoncinema »

SON LOOK

En véritable dandy, Gainsbourg soignait son look bien avant sa célébrité : Déjà dans les années 50, Lucien Gainsbourg, alors pianiste de cabaret à la renommée balbutiante, soignait déjà un style très parisien « rive gauche » avec des cheveux courts impeccablement coiffés, un costume fermé et une sobre chemise blanche.

Dans les années 60, l’artiste incompris s’émancipe, et commence à cultiver une élégance nonchalante décontractée qui fera partie intégrante du personnage et de sa renommée… Chacune de ses apparitions habitue le public à des pantalons droits, des vestes négligemment fermées et une élégance presque insolente que semblent crier ses cheveux longs et ébouriffés.

Dans les années 80, le Dandy Gainsbourg disparaît peu à peu au profit d’un « Gainsbarre » à l’allure plus trash : Le blazer et le costume laissent place aux jeans délavés et aux chemises en denim qu’il gardera jusqu’à sa mort en 1991. Ses cheveux restent longs et il cultive une coiffure négligée assortie d’une barbe de trois jours poivre et sel. (Bon, à cette époque, il cultive également les dérapages sur les plateaux TV, mais on omettra de le préciser.)

Mais le look Gainsbarre est en réalité bien plus travaillé qu’il ne le semble, et c’est bien là que réside tout le génie de Gainsbourg. Cette apparence négligée était minutieusement millimétrée : Jamais on ne verra Serge sortir sans sa Breitling ni quelques gouttes de parfum Van Cleef & Arpels, tout comme ses Gitanes qui ne s’accordaient qu’avec son briquet Dupont.

Ces manières le placent comme un ambassadeur de la « classe à la Française » : Même alcoolique, dépressif, rebelle et incompris, il est dans l’imaginaire collectif l’homme qui a toujours trouvé le temps de maintenir son élégance et un voile de poésie. Il est celui qui a donné l’impression que les Français avaient une élégance innée, presque invoulue, et ce jusque dans les chaussures…

Crédit photo « vintagemakeup »
Crédit photo « fipradio.fr »
Source « http://madame.lefigaro.fr/ »

LES CHAUSSURES

Le moins que l’on puisse dire, c’est que les chaussures de Gainsbourg ont tout autant marqué les esprits que ses vestes en denim.

Pour la petite anecdote, Gainsbourg était connu pour détester marcher et supportait encore moins  de porter des chaussures : Autant dire qu’une session shopping en sa compagnie devait être une partie de plaisir. Au début des années 70, alors qu’il faisait du lèche-vitrine à Paris avec sa compagne de l’époque, Jane Birkin lui fait essayer une paire de richelieus en cuir blanc inspirées des souliers de jazz : Les Repetto modèle « Zizi ». Ces souliers l’accompagneront jusqu’à la fin de sa période Gainsbarre : « Repetto à perpèt’ », aimait-il ainsi dire.

On dit même qu’il en achetait près de 30 paires par an ! Encore aujourd’hui, ces chaussons de jazz devenus de véritables icônes de style inspirent encore de nombreux chanteurs et créateurs…

Crédit photo « ohmymag.com »
Crédit photo « mode.blog.lemonde.fr »

HOMMAGE

Dont nous, bien évidemment. Et oui, on ne peut pas se porter garant de l’élégance à  la Française sans s’intéresser un peu à Gainsbourg. Nous avons donc voulu lui rendre hommage en faisant ce que l’on savait faire le mieux : C’est ainsi qu’est né le richelieu Gainsbar. Clin d’œil assumé à ses éternelles repetto blanches, le modèle Gainsbar représente notre interprétation de l’élégance masculine sous le prisme de Serge Gainsbourg. Nous avons donc fait une chaussure au cuir ultra-fin et ultra confortable, et retravaillé le patronage à notre manière pour en faire un richelieu unique et polyvalent.

Iconique Gainsbourg

Iconique Gainsbourg

Gainsbar

Richelieu Gainsbar

Et tout comme notre homme à la tête de chou, vous pouvez le porter en toutes circonstances : Si vous êtes mal à l’aise dans un costume bleu et que vous préférez sortir vos clopes de la poche d’une veste en jeans, vous êtes libre de lui rendre hommage et de porter ces richelieus avec une composition en denim. L’idée, c’est vraiment d’en faire ce que vous voulez.

 

« Parce que Gainsbourg, c’était l’élégance nonchalante, le charisme au naturel, la classe déstructurée. L’héritier de Baudelaire, un artiste torturé, un rebelle mélancolique. Bref, c’était la culture de l’élégance. »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *